Applications, Communication imprimée, Papiers de création, Creative power

Zoom sur une technique : l’impression offset

13 sept. 2017 — Papiers offset
Imprimer
technique offset

Après avoir abordé les impressions numériques telles que l’HP Indigo et le toner à sec, revenons aujourd’hui à la méthode traditionnelle : l’impression offset. Encore très largement répandue, elle peut atteindre certains résultats que le numérique réussit moins bien ou ne peut pas réaliser. Elle a donc encore toute sa place dans vos projets sur papier de création.

Après avoir abordé les impressions numériques telles que l’HP Indigo et le toner à sec, revenons aujourd’hui à la méthode traditionnelle : l’impression offset. Encore très largement répandue, elle peut atteindre certains résultats que le numérique réussit moins bien ou ne peut pas réaliser. Elle a donc encore toute sa place dans vos projets sur papier de création.

En quoi consiste la technique de l’impression offset ?

L’impression offset, aussi appelée lithographie, est la méthode d’impression la plus courante. Ses caractéristiques sont les suivantes :

  • Elle trouve tout particulièrement son intérêt dans la quadrichromie et pour les tirages longs.
  • Son principe de fonctionnement est le suivant : l’encre est transférée d’une plaque vers un blanchet (matériau en caoutchouc) qui lui-même opère un transfert vers le papier.

 

Attention : deux réglages peuvent être nécessaires pour un résultat optimal : la densité de l’encre et la pression d’impression en fonction du type de papier.

 

La grande majorité des papiers Arjowiggings Creative Papers est compatible avec l’impression offset, sauf la gamme Curious Collection Touch dédiée à l’impression UV.

 

Impression offset : les conseils de nos experts

Même si l’impression numérique ne cesse de se perfectionner et d’être utilisée pour bon nombre de tirages, l’impression offset reste une valeur sûre pour réaliser des projets aux finitions impeccables, notamment en quadrichromie (CMJN).

Nos experts Antalis et Arjowiggins réunissent ici pour vous les conseils à suivre afin que l’étape d’impression offset de votre création soit la plus réussie possible !

 

Conseil #1 : Bien choisir ses encres

Sur un papier de couleur sombre, ayez le réflexe d’utiliser des encres métalliques en lieu et place des traditionnelles encres CMJN (trop translucides). On connaît le potentiel de l’encre blanche en impression numérique. Elle existe également en offset, mais son application est plus longue et risquée : plusieurs passages d’encre sont nécessaires pour un résultat peu certain.

 

Conseil #2 : Les Pantone© pour une couleur spécifique

Si vous souhaitez appliquer une couleur bien précise (afin de réaliser un logo ou un aplat, par exemple), il est judicieux de préférer une couleur Pantone©. En effet, ce que l’on appelle un « ton direct » vous assurera un résultat parfait car il reproduit exactement la teinte désirée qui n’est parfois pas réalisable avec le CMJN (couleur métallique ou fluo, notamment).

 

Conseil #3 : Les superbes rendus du Rives Sensation

Si vous avez besoin d’un résultat le plus optimal possible, nous vous conseillons le Rives Sensation (en matt ou gloss) pensé justement pour l’impression offset de haute précision et qualité sur papier de création. Ce type de papier d’exception est également très recommandé si vous souhaitez obtenir des effets texturés.

Pour en savoir plus sur cette gamme, consultez sa page dédiée : Gamme Rives.

 

Conseil #4 : Les atouts de l’impression offset UV

Parmi les différentes techniques d’impression offset existe l’impression offset UV (aussi nommée H-UV ou LED-UV). Ses deux points forts ? Réduire considérablement le temps de séchage des encres et obtenir une netteté d’image exceptionnelle. Bien que cette méthode soit plus coûteuse (elle requière une presse adaptée), cet investissement sera vite compensé par un temps de conversion sensiblement réduit, en cas de tirages longs notamment.

 

Conseil #5 : À chaque papier, ses recommandations d’impression

De manière générale, dans le cadre d’un projet d’impression et au moment du choix du papier, il est vivement conseillé de vous reporter au guide d’impression attenant à chaque type de papier. En effet, pour chaque gamme, vous pourrez savoir quelle est la couverture d’encre conseillée, quelle encre est à privilégier ou encore comment se compose la linéature de la trame. Autant de précieuses informations pour vous assurer une impression offset réussie.

 

Les erreurs à éviter

Bien que répandue, l’impression offset n’en demeure pas moins un savoir-faire bien spécifique qui nécessite de connaître les bonnes pratiques. Nos experts ont tâché de dégager 6 points de vigilance afin de vous aider à anticiper tout problème au cours de vos projets.

 

Point de vigilance #1 : Papiers, jouez avec leurs couleurs, effets et textures !

Moins un piège à éviter qu’une incitation à créer ! Quand on parle offset, on pense souvent aux gammes de papiers blancs classiques. Mais débridez votre créativité en osant les papiers de couleurs, à effets (métallique, par exemple) et aux textures originales qu’offrent nos marques. Associés à une impression offset de qualité, ils vous donneront à voir des résultats bluffants !

 

Point de vigilance #2 : De l’usage du vernis

Il est recommandé de ne recouvrir sa surface de vernis que partiellement, en touches spécifiques et subtiles. Pourquoi ? Un vernis étalé sur la totalité de la surface gâchera la qualité et le rendu exceptionnel du papier de création utilisé. En revanche, par petites touches, il le mettra en valeur.

 

Point de vigilance #3 : La qualité du papier, encore et toujours

On ne cesse de le répéter : le choix du papier et sa qualité sont essentiels dans vos projets. Et le moment de l’impression sonne toujours comme un verdict ! Ne prenez donc pas de risque : orientez-vous toujours vers un papier de bonne qualité, doté d’un bon épair afin d’absorber l’encre de manière uniforme. Rien n’est pire en effet que des résultats à l’effet « marbré » qui manque de régularité.

 

Point de vigilance #4 : Attention au grammage

Choisir un grammage de papier un peu élevé est une bonne chose, tant qu’il est compatible avec la presse que vous allez employer. Assurez-vous-en. Mais de manière générale, jusqu’à 400 g, cela ne présente aucun souci. C’est au-delà qu’un contrôle préalable s’avère nécessaire.

 

Point de vigilance #5 : Épreuve

Dans le cas d’impressions délicates, il est important de bien caler et réaliser une épreuve d’impression qui vous permettra de vérifier : les aplats, les teintes chair, les zones sombres, les dégradés, etc. Mais n’oubliez pas qu’une épreuve est forcément différente de l’impression « réelle » et du résultat final, car le processus est différent.

 

Point de vigilance #6 : Pensez aux aplats de couleurs

L’impression d’aplats de couleurs en offset donne de beaux résultats. Pensez-y ! Seule étape à ne pas omettre : le temps de séchage est plus long. Pour vous prémunir de tout transfert de couleurs au moment du massicotage ou même avant, lors du tirage, l’encartage peut être intéressant.

 

#Justaskantalis !