Coût d'un appel local
NOUS CONTACTER
Actualités, Histoires d'inspiration

L’origine des couleurs : Une étude sur l’histoire des pigments

27 août 2021 —
Imprimer
Origin of colours

Depuis le jour où l'homme a décidé, il y a environ 40 000 ans, de peindre des animaux sur les parois des cavernes avec de la poudre d'argile, du charbon de bois calciné et de la craie, la couleur a revêtu une valeur particulière, tant symbolique que technologique. Aujourd'hui encore, l'utilisation de certaines couleurs est stratégique, en particulier dans le monde de l'art, à l'exemple du bleu d'Yves Klein ou du Vantablack - nouvelle technologie qui crée la surface noire la plus profonde jamais connue, absorbant jusqu'à 99,965 % de la lumière visible ; quand l'artiste indien britannique Anish Kapoor a acquis l'exclusivité des droits d'utilisation du Vantablack à des fins artistiques, cela a d’ailleurs suscité une vive polémique dans le monde de l’art. Les découvertes de nouveaux pigments, qu'elles soient le fruit d'heureux hasards ou d'années de recherche, ont marqué l'évolution des civilisations humaines tout au long de l'histoire.

Depuis le jour où l'homme a décidé, il y a environ 40 000 ans, de peindre des animaux sur les parois des cavernes avec de la poudre d'argile, du charbon de bois calciné et de la craie, la couleur a revêtu une valeur particulière, tant symbolique que technologique. Aujourd'hui encore, l'utilisation de certaines couleurs est stratégique, en particulier dans le monde de l'art, à l'exemple du bleu d'Yves Klein ou du Vantablack - nouvelle technologie qui crée la surface noire la plus profonde jamais connue, absorbant jusqu'à 99,965 % de la lumière visible ; quand l'artiste indien britannique Anish Kapoor a acquis l'exclusivité des droits d'utilisation du Vantablack à des fins artistiques, cela a d’ailleurs suscité une vive polémique dans le monde de l’art. Les découvertes de nouveaux pigments, qu'elles soient le fruit d'heureux hasards ou d'années de recherche, ont marqué l'évolution des civilisations humaines tout au long de l'histoire.

Les pigments naturels : tout commence par le rouge

L'ocre rouge est, semble-t-il, le premier pigment de couleur jamais utilisé par l'homme. Cette poudre d'argile, naturellement teintée d'hématite, sert encore aujourd’hui de pigment. C'est le premier des nombreux rouges découverts au fil du temps par les cultures du monde entier.  Par exemple, les pigments rouges sont obtenus depuis des milliers d'années à partir d'insectes, plus particulièrement ceux de la grande famille des coléoptères cochenilles (coccoidea). Ces types de pigments rouges sont qualifiés de pigments laques rouges. Le nom vient de l'utilisation de la gomme laque, un composant résineux créé par l'insecte Laccifer Lacca en Inde, qui est utilisé comme pigment. Contrairement à leurs cousins indiens, qui parviennent à survivre à la méthode, de nombreux insectes cochenilles sont écrasés pour créer des pigments rouges dans d'autres régions du monde. En Amérique du Sud, cette technique a donné naissance au rouge carmin, tandis qu'en Europe, on créait le rouge kermès, qui a prospéré jusqu'au XVIIe siècle. Ces pigments naturels sont encore utilisés aujourd'hui et sont tellement inoffensifs qu'on les trouve même dans les aliments sous forme de E120.

Les végétaux sont également à l'origine des pigments naturels, comme c'est le cas pour la couleur Indigo, découverte pour la première fois au Pérou dans des vestiges datant de 6000 ans avant Jésus-Christ. Néanmoins, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la plupart des pigments "naturels" ont souvent eu tendance à être toxiques. 

 

TOC-red

                                                          Cinabre                           Keaykolour                             Kit de bienvenue pour les nouveaux membres du 
                                                                                                                 Chili Pepper                         TDC signé Firebelly Design (USA) imprimé sur Keaykolour Chili Pepper

Probablement l'un des plus connus, le rouge vermillon était obtenu à partir du cinabre, un minéral dérivé du mercure. L'utilisation du vermillon remonte à 5000 avant J.-C. en Chine, en Espagne et en Turquie, et il a également été utilisé par les civilisations olmèques, mayas et romaines. D'origine minérale, le rouge obtenu à partir du minium a lui aussi été utilisé dans la Grèce antique et plus tard par les Romains. Créé en brûlant des morceaux de plomb blanc, ce pigment rouge était utilisé pour orner les livres au Moyen Âge et a donné son nom à l'art de l'enluminure. Inutile d'expliquer la toxicité des pigments dérivés du plomb et du mercure. Un autre exemple est l'Orpiment, dérivé de l'arsenic, qui était utilisé dans l'Égypte ancienne comme alternative à l'ocre jaune.

Cette histoire de la couleur remet en question notre perception de ce qui est naturel et de ce qui ne l'est pas. C'est incroyable de voir à quel point l'expérimentation autour des couleurs se poursuit depuis des millénaires, parfois de manière insolite. Le peintre britannique William Turner utilisait une peinture à l'eau appelée Indian Yellow, fabriquée à partir d'urine de vaches nourries de mangues. Il est tout aussi fascinant de voir comment certaines couleurs, parce qu'elles étaient difficiles à obtenir, sont rapidement devenues des symboles de pouvoir. On pense immédiatement au bleu outremer, réalisé en broyant la pierre fine lapis-lazuli, qui était utilisé dans les tableaux de commande de la Renaissance pour afficher sa richesse. Un autre exemple est le pourpre de Tyr, une couleur prisée par la noblesse grecque et romaine en raison de sa rareté ; la couleur pourpre était extraite à la main de mollusques marins, dix mille escargots ne fournissant guère plus qu’un gramme de teinture pure.

 

TOC-blue

                                                                            Lapis Lazuli                             Pop’Set                     Identité de marque pour Under (Suède)
                                                                                                                       Blue Violet                     sur Curious Matter Adiron Blue

Les pigments synthétiques : la révolution chimique

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les pigments synthétiques sont loin d'être une invention moderne. On sait que le bleu égyptien, créé à l'aide d'une formule aujourd'hui disparue, a été fabriqué dès 3250 avant J.-C. Les Chinois utilisent l'oxydation pour colorer la porcelaine depuis des milliers d'années. Mais il est vrai qu'avec la création du bleu de Prusse, vers 1706 par le fabricant de peinture Diesbach, la création de pigments synthétiques a connu un nouvel essor.

 

TOC-green

                                                                           Arsenic                               Keaykolour             Combinaison de teintes sur Keaykolour Matcha Tea
                                                                                                                    Matcha Tea                                et Pastel Pink

Cette recherche autour des couleurs a parfois abouti à des résultats dangereux, comme le vert de Scheele, un pigment mélangé à de l'arsenic largement utilisé au XIXe siècle, qui aurait empoisonné Napoléon Bonaparte, les papiers peints qui décoraient sa maison lors de son exil étant composés de cette couleur toxique. Le vert de Paris, également composé de cuivre et d'arsenic, pourrait être à l'origine du diabète de Cézanne et de la cécité de Monet. Mais bien souvent, les pigments synthétiques se sont avantageusement substitués aux couleurs "naturelles". Le blanc de zinc est l'un d'entre eux. Avant le développement de l'oxyde de zinc, le plomb blanc était couramment utilisé par les artistes. Parfois moins toxiques, toujours moins chers, les pigments synthétiques ont permis aux artistes d'expérimenter, comme avec la création du jaune de chrome dans les années 1820 ou de l'outremer français par Jean-Baptiste Guimet en 1828. De couleur identique au pigment ultramarin à base de lapis-lazuli, cette nouvelle couleur était à la fois beaucoup plus abordable et plus facile à utiliser.

 

Mais la véritable révolution de la couleur chimique est venue plus tard, avec l'alizarine, qui a été la première couleur à être entièrement synthétique. Alors que l'alizarine était à l'origine extraite du bois de garance, deux chimistes du XIXe siècle, Carl Graebe et Carl Liebermann, ont trouvé le moyen de reproduire la molécule capable de donner sa couleur. Les deux chimistes travaillaient pour une entreprise allemande encore petite à cette époque, Bayer. Grâce à leur découverte, ils ont ouvert la voie à la large gamme de couleurs qui sont devenues les couleurs habituelles d’aujourd'hui.

 

TOC-color-lab.jpg

                                                               Laboratoire de couleurs              Gamme Arjowiggins Keaykolour avec ses                  Coeur en Pop'Set Ultra Red
                                                                                                                48 teintes et ses 10 familles de couleurs                  @universidadedopapel

Alors que se dessine une nouvelle tendance à privilégier les pigments naturels, l'histoire des pigments remet quelque peu en question notre perception du naturel, notamment lorsque l'on réalise à quel point la chimie et la science ont souvent offert des solutions plus fiables et plus sûres que celles trouvées dans la nature. Il nous semble important de garder ce paradigme en tête, afin qu'aujourd'hui les pigments puissent être en mesure de concilier le meilleur des deux mondes.