Histoires d'inspiration, Actualités

Découvrez la liberté d’action de Lorenz Boegli sur Olin Origins

23 sept. 2022 — création graphique ; papier écoresponsable ; durabilité ; sérigraphie ; Lorenz Boegli
Imprimer
Olin x Lorenz Boegli

Lorenz Boegli, pionnier de la sérigraphie, révèle en quoi le choix du bon papier constitue un élément fondamental de son art.

Lorenz Boegli, pionnier de la sérigraphie, révèle en quoi le choix du bon papier constitue un élément fondamental de son art.

Réalisées avec un savant mélange de passion, d’artisanat et d’expertise, les techniques de sérigraphie peuvent porter une œuvre créative vers de nouveaux sommets de désirabilité et d’attrait pour les sens. Elle est à la fois satisfaisante au toucher, évocatrice par son parfum et magnifique à contempler.

Lorenz Boegli, spécialiste suisse de la sérigraphie, ne cache pas son enthousiasme : « j’adore sa simplicité et son caractère direct. Il s’agit peut-être du procédé d’impression permettant d’exprimer le plus une personnalité propre. Par sa flexibilité et sa portée technique, il peut sublimer les idées d’un graphiste tout au long du processus de production créatif. »

Dans le cadre d’un projet récent destiné à présenter la nouvelle gamme de papiers écoresponsables Olin Origins d’Antalis, M. Boegli a fait équipe avec l’un de ses collaborateurs habituels – le photographe Rob Lewis – pour exprimer le thème des « origines » de façon abstraite, en juxtaposant des portraits plurigénérationnels de grands-parents et de petits-enfants avec des images géologiques de textures de surface de rochers.

 

olin x lorenz boegli

Photos de Rob Lewis sérigraphiées dans l’atelier de M. Boegli sur de l’Olin Origins Cereal (à gauche) et de l’Olin Origins Indigo (à droite)

 

« Il s’agit là d’intervalles de temps extrêmes : 60 ans entre un garçon et sa grand-mère et près de 60 millions d’années pour des rochers des Alpes suisses », précise M. Boegli. « Et, quelque part entre les deux, il y a le cycle de vie du papier Olin Origins. »

Optez pour une réflexion plus durable

Les créateurs ont désormais l’embarras du choix en matière d’options de papiers écoresponsables, comme le confirme M. Boegli : « une vaste gamme de papiers de création partiellement ou entièrement recyclés s’offre à nous. Ils peuvent se décliner dans des couleurs superbes et sont techniquement si bien produits qu’ils présentent la même blancheur que les papiers à base de fibres vierges. »

Olin Origins est l’un de ces papiers, l’un des préférés de M. Boegli : « sa texture unique, à surface ouverte, le rend très doux au toucher, offrant un excellent contraste avec le toucher d’une feuille brillante ou d’un dépôt d’encre en relief, par exemple. »

M. Boegli a eu carte blanche pour exprimer le message écologique au cœur de la gamme, rendant justice aux images de M. Lewis par son art de la sérigraphie. Inspiré par les matières brutes de notre planète, il a utilisé des pigments entièrement naturels fabriqués à partir de terres colorées – obtenant ainsi à la fois une palette harmonieuse et une texture distinctive pour contraster avec la douceur du papier.

« Parmi ces pigments, on trouve de l’ocre du sud de la France, un ton taupe d’Italie centrale, des terres noires d’Andalousie, des terres chypriotes, des terres vertes de Bohème et une chaux gris ardoise des Alpes », révèle-t-il. « Nous avons tenu compte des tonalités des différentes terres colorées dans la séparation et avons à nouveau inclus le papier lui-même comme un autre ton de couleur dans la conception. »

En tant que gamme neutre en carbone, Olin Origins s’inscrit également dans la vision plus large d’une production durable de M. Boegli. Son atelier d’impression est entièrement alimenté par de l’électricité photovoltaïque, produite dans une ferme située à une courte distance en vélo. Il produit l’eau chaude pour développer ses pochoirs sur le toit de son atelier et utilise des méthodes naturelles – notamment des minéraux et des toisons – pour nettoyer les eaux usées qui en résultent.

Boegli

 

Ajoutez le papier à votre palette

L’inspiration d’un nouveau concept créatif ou effet d’impression commence souvent avec le papier. Comme l’explique M. Boegli, « mon but est d’intégrer le papier à la création en y voyant davantage qu’un simple support d’image. Lorsque j’y parviens, je suis persuadé que le papier et l’impression se marient pour toucher l’âme, à travers l’œil. Un plus un égal trois. »

L’exploration de tout le potentiel de chaque papier – via sa couleur, son grammage, sa surface ou ses propriétés techniques – peut faire naître des possibilités créatives inattendues. Dans ses choix de papiers, M. Boegli a un faible pour les palettes de couleurs inhabituelles que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur le marché : Keaykolour d’Antalis est l’un de ses préférés de longue date.

olin x lorenz boegli

Home over Time / Affiche d’exposition sérigraphiée sur du papier Keaykolour Sombre Grey – Œuvre de Rob Lewis et impression de Lorenz Boegli

Un autre projet récent a impliqué de la sérigraphie sur un papier Keaykolour d’un gris moyen, puis l’utilisation de cette couleur d’arrière-plan pour insuffler un effet dramatique à la création. Comme l’explique M. Boegli « une teinte a été sérigraphiée en positif et en noir ; la couleur du papier non imprimé a représenté les 3/4 des tons ; puis nous avons utilisé trois autres passages en négatif avec des couleurs plus claires, jusqu’au blanc. L’intégration des tons de couleur du papier a conféré à l’œuvre une dimensionnalité extraordinaire. »

Différents grammages peuvent également créer un contraste saisissant, qui peut contribuer à raconter une histoire. Il ajoute : « il peut s’agir d’un papier de soie qui réduit la vitesse de transport ou d’un carton de 700 g/m² qui a l’air sculptural en combinaison. Vous pourriez travailler avec des papiers transparents en utilisant des encres de sérigraphie opaques et transparentes – ou combiner votre tonalité de papier avec une couleur opaque et une transparente pour former des combinaisons de quatre couleurs. »

Optimisez l’attrait tactile

Sa tactilité et sa texture constituent l’un des principaux arguments de vente créatifs de la sérigraphie par rapport à d’autres méthodes. Comme le précise M. Boegli, « elle peut imprimer les couches d’encres les plus étendues et les pigments les plus grossiers. Cela permet aux effets de germer comme des bourgeons sur un arbre majestueux au printemps. Elle se prête à l’opacité comme à la transparence, aux surfaces et aux trames en demi-teintes les plus fines, au papier de soie et au carton lourd, aux couleurs pures, à l’iridescence et même au négatif sur des papiers sombres. »

L’une des techniques caractéristiques de M. Boegli implique l’impression de réflexions de la lumière plutôt que des couleurs sur un objet ou sur une scène, avec à la clé une luxueuse finition éthérée. Pour le citer : « on me connaît comme l’imprimeur de papier noir. Je trompe l’œil, reproduisant des photographies en négatif sur des papiers sombres avec des pigments irisés ou métalliques. »

M. Boegli a commencé à utiliser des pigments irisés dans des images en demi-teintes à la fin des années 90 et les enseignements tirés de ce processus l’ont par la suite aidé à mettre au point une approche RVB innovante de la sérigraphie de fines images tramées. En imprimant de l’encre rouge, verte et bleue sur du papier noir, il a créé un procédé de quadrichromie additif, désormais breveté en partenariat avec Merck.
 

olin x lorenz boegli

Gros plan sur le travail de M. Boegli sur de l’Olin Origins Lava Stone (à gauche) et Pebble (à droite) – Œuvre et photo de Rob Lewis

M. Boegli conclut en ces termes : « le choix du papier est un acte créatif. Même un simple papier coloré, imprimé en deux couleurs et astucieusement plié, peut faire passer un message ou une idée graphique. Mais lorsque les choses se compliquent, veillez à choisir au plus tôt vos partenaires de production. Les effets éventuels peuvent ainsi soutenir votre idée et être incorporés à votre création – et pas simplement en décorer la surface. »